Écran somnambule

Écran somnambule

< >

Présentation

Un bloc compact au milieu de l'espace nu. Un visage, impassible et grimaçant. Une sculpture immobile, mais qui semble pourtant bouger, s'étirer, se contracter, tendre sa matière jusqu'à la limite d'elle-même. S'agit-il d'une apparition ? D'une reproduction ? D'un cas de possession ? D'un rêve ou d'une projection ? En choisissant de danser, aujourd'hui, au ralenti, la Danse de la sorcière de Mary Wigman, Latifa Laâbissi nous place en face d'un mirage, déréglant le statut de cet objet « historique » et brouillant les pistes d'interprétation. Pièce majeure de l'expressionnisme allemand, la Danse de la sorcière a laissé derrière elle une trace incomplète, qui continue de hanter l'inconscient de la danse à la manière d'un mauvais rêve : un film de 1 minute 40, datant de 1926, qui montre Mary Wigman au bord de la transe, les membres comme électrifiés, réagissant aux rythmes sourds des percussions. Cette esthétique du contraste, de la rupture abrupte, où le corps devient le traducteur d'états contradictoires, comment en restituer le potentiel perturbateur sans la momifier ?
Ne reproduisant que ce que montrent les images du film, Latifa Laâbissi se glisse dans le corps de la sorcière, et plonge la scène dans un état hypnotique où chaque mouvement dévoile sa lente construction. Opération proprement cinématographique – le ralenti dévoile une autre écriture à la surface du même : elle introduit une distance vis-à-vis de l'original tout en redonnant son relief, son état d'extrême tension à cette figure inquiétante. Incarnation d'un film ou reproduction d'un corps ? A la fois matériau et archive, sorcière et spectre, présence et médium, cette silhouette discordante produit une série d'écarts – aussi bien perceptifs qu'historiques – amenant à repenser le rapport de la danse à sa reproduction, à son histoire, à ses zones de refoulement. Écran somnambule : une surface de projection où viennent se déposer formes et références, monstres intérieurs et fragments de réel – dans un va-et-vient constant entre passé et présent, désenvoûtement et réactivation. /Gilles Amalvi

distribution

    A partir du film Mary Wigman tanzt (1930), extrait La Danse de la sorcière (Hexentanz,1926)

    Conception et interprétation :
    Latifa Laâbissi
    Conception de la figure : Nadia Lauro
    Lumière : Yannick Fouassier
    Création son : Olivier Renouf d’après l’interprétation instrumentale de H-B Lesguillier (d’après la musique de H. Hasting et W. Goetze)
    Direction technique :
    Ludovic Rivière

mentions

    Date de création : 2012
    Durée : 32 minutes

    Production :
    Figure Project
    Coproduction : CCN de Franche-Comté à Belfort, La Passerelle - Scène Nationale de Saint-Brieuc
    Prêt de studio : Musée de la Danse - CCNRB à Rennes, La Ménagerie de Verre dans le cadre des Studiolab

    Crédits Photos :
    © Nadia Lauro

diffusion

} 06 juillet 2017

La Villa Médicis, Rome, Italie

Dans le cadre des "Jeudis de la Villa"

} 28 octobre 2016

Centro Municipal de Arte Hélio Oiticica, Rio de Janeiro, Brésil

Atos de Fala, Printemps des Laboratoires d'Aubervilliers et France Danse Brésil

} 24 octobre 2016

Teatro do Sesc, Fortaleza, Brésil

Bienal de dança do Cearà et France Danse Brésil

} 22 octobre 2016

Casa do Povo, São Paulo, Brésil

Printemps des Laboratoires d'Aubervilliers et France Danse Brésil

} 29 janvier 2016

29 et 30 janv. Galerie für Zeitgenössische Kunst, Leipzig, Allemagne

} 26 janvier 2016

Le Vivat, Armentières

Festival Vivat la danse !

} 20 juin 2015

Musée Langmatt, Baden, Suisse

avec le soutien de l’Institut français, la Ville de Rennes et Rennes Métropole

} 31 mai 2015

Centre Pompidou - Metz

dans le cadre de l’exposition Leiris and co

} 10 avril 2015

Nottingham Contemporary, Angleterre

dans le cadre du festival Acting Out

avec le soutien de l'Institut français, la ville de Rennes et Rennes métropole

} 20 septembre 2014

Musée CA2M, Madrid

dans le cadre de l’exposition PER/FORM

} 13 juin 2014

Centre chorégraphique national de Tours

} 06 juin 2014

Freud museum Anxiety Arts Festival London 2014. Les 6 et 7 juin

} 16 mai 2014

Théâtre de Poche, Hédé

} 21 mars 2014

Théâtre Mansart, Dijon

dans le cadre du temps fort Actions à l’Atheneum, Centre culturel de l’Université de Bourgogne, en partenariat avec l’Ecole Supérieure d’Art et le Musée des Beaux-Arts de Dijon

} 28 février 2014

Les Laboratoires d’Aubervilliers

} 15 mars 2013

Les Halles de Schaerbeek, Bruxelles, Belgique

dans le cadre du séminaire annuel de l’erg : « narration spéculative »

} 18 octobre 2012

Collège des Bernardins, Paris

} 29 mars 2012

La Passerelle - Scène Nationale de Saint-Brieuc

dans le cadre du festival 360°. Première

} 23 mars 2012

Maison populaire, Montreuil

dans le cadre de l’exposition « Plus ou moins sorcières». Avant-première

} 24 novembre 2009

Musée de la danse, Rennes

dans le cadre de la soirée Rebutoh. Maquette

} 25 avril 2009

Le Garage, Rennes

dans le cadre de la Préfiguration du Musée de la danse. Maquette