Self portrait camouflage

Self portrait camouflage

< >

Présentation

Dans un dispositif blanc, un corps surexposé. Silhouette à nu, sans possibilité d’échapper au regard. Un relief de chair sexué, contracté, inscrivant une image peu à peu recouverte par d’autres images, comme autant d’habillages symboliques. C’est un trajet avec cette figure chargée de points de tension et de motifs discordants que nous restitue Latifa Laâbissi. Une traversée, pour tisser entre elles les zones d’ombres de l’invention de soi ; dessiner des liens – entre les fantômes d’un imaginaire social toujours présent et le nœud subjectif de leur élaboration. Danseuse. Femme. Arabe. En France. Son corps tendu en un miroir grimaçant. Self portrait camouflage : dans le paradoxe du titre résonne une stratégie à double tranchant. Dévoiler et recouvrir, comme deux faces d’un même geste : la capture d’une image impossible – car déjà capturée par d’autres histoires, d’autres discours, d’autres représentations. Comment s’élabore la différence ? Et comment exposer les cadres qui ont servi à la mettre en scène ? Au travers d’une figure accompagnée de son peuple d’autres, Latifa Laâbissi montre et démonte la fabrique du politique – ses frontières sociales, sexuelles et culturelles. Elle dresse une carte comprenant drapeau, visage, voix – portrait d’une altérité dont le camouflage sert aussi d’opération de décryptage. Défilent des symboles pris à l’endroit du trouble, passés au filtre du travestissement et de la subversion, du rire et de sa grimace. Murmurent des voix : celles d’un présent qui continue à chantonner la ritournelle de l’autre menaçant.  Et la voix des muets, des tus, des tutoyés, des montrés-du-doigts. C’est avec ces paroles, et dans ce corps que s’effectue la possibilité d’un renversement – de l’intérieur même des signes qui se superposent, des masques drôles ou tragiques qui recouvrent son visage. Une chorégraphie des formes sociales, un carnaval où le regard est saisi en son point aveugle, révélé en tant que construction, palimpseste. Comme le personnage de Marguerite Yourcenar qui « s’était vu voyant », nous voyons apparaître un angle mort : le fond imaginaire d’où nous regardons ; et l’inquiétante étrangeté qui accompagne notre reflet dans le miroir. /Gilles Amalvi

distribution

    Conception et réalisation : Latifa Laâbissi
    Conception scénographique : Nadia Lauro
    Dramaturgie : Christophe Wavelet
    Son :
    Olivier Renouf
    Création lumière : Yannick Fouassier
    Figures :
    Latifa Laâbissi et Nadia Lauro

mentions

    Date de création : 2006
    Durée : 60 minutes

    Production :
    391
    Coproduction :
    Les Spectacles vivants - Centre Pompidou à Paris
    Résidence d’écriture et de recherche chorégraphique :
    Centre chorégraphique national de Montpellier Languedoc-Roussillon
    Accueil studio :
    Centre national de danse contemporaine d’Angers

    Crédits Photos :
    © Nadia Lauro

diffusion

} 19 janvier 2017

Du 19 au 20 janv
Le Triangle, Rennes / Latifa Laâbissi - Artiste associée

Dans le cadre de « Politique du minoritaire » > semaine d’ouverture de résidence artiste associée

} 08 janvier 2017

MoMA PS1, New York, USA

} 06 octobre 2016

Espace Culturel de Brasles

Festival C’est comme ça - L’Echangeur / CDC Hauts-de-France

} 09 mai 2014

Chez Bushwick, New York, Etats-Unis. Du 9 au 11 mai

dans le cadre de « DANSE – A french-American Festival of Performances and Ideas », produit par les services culturels de l’ambassade française aux Etats-Unis et l’Institut français / Paris, avec le soutien de Spectacle Vivant en Bretagne et de l’Institut français

} 11 décembre 2013

Les Laboratoires d’Aubervilliers

dans le cadre de la résidence « Desfigures toxiques »

} 05 décembre 2013

Projection de « Self Portrait Camouflage» (26 min.)

suivie d’une rencontre avec Latifa Laâbissi et Isabelle Launay, dans le cadre de Videodanse, Centre Pompidou, Paris

} 20 avril 2013

Le Périscope, Nîmes

sur l’invitation d’Alain Buffard et dans le cadre de son projet « Histoires parallèles : Pays Mêlés »

} 24 septembre 2010

Les Halles de Schaerbeek, Bruxelles, Belgique

dans le cadre du festival Latitudes Contemporaines

} 10 juin 2010

Maison Folie Wazemmes, Lille

dans le cadre du festival Latitudes Contemporaines

} 05 juin 2010

MC2, Grenoble

} 25 mars 2010

Centre chorégraphique national de Caen Basse Normandie

dans le cadre du festival Danse d’ailleurs

} 20 mars 2010

Musée de la danse - CCNRB, Rennes

dans le cadre de Grimace du réel, temps fort autour de l’œuvre de Latifa Laâbissi

} 26 février 2010

Centre chorégraphique national de Tours

} 13 novembre 2009

Projection de « Self Portrait Camouflage» (26 min.)

dans le cadre du programme « Engagement politique » de Videodanse 2009, Centre Pompidou, Paris

} 14 octobre 2009

Centre chorégraphique national de Franche-Comté, Belfort

} 06 mars 2009

LiFE – Lieu international des Formes Emergentes, Saint Nazaire

} 04 février 2009

PANNUHALLI, Cable Factory, Helsinki, Finlande. Les 4 et 5 fév

dans le cadre du Side Step Festival

} 30 janvier 2009

Halle aux Grains - Scène nationale de Blois

dans le cadre du festival les Eclectiques

} 25 août 2008

Zürcher Theaterspektakel, Zürich, Suisse. Les 25 et 26 août

} 06 juin 2008

Museion de Bozen, Bolzano, Italie. Les 6 et 7 juin

} 12 avril 2008

LiFE – Lieu international des Formes Emergentes, Saint Nazaire

} 05 avril 2008

Scène nationale de Quimper

} 20 mars 2008

Scène nationale de Dieppe

} 11 mars 2008

Scène conventionnée de Cahors

} 20 février 2008

TNT - Manufacture de Chaussures, Bordeaux. Du 20 au 22 fév

} 05 décembre 2007

Centre chorégraphique national de Caen Basse-Normandie

} 01 mars 2007

Le Quartz, Brest. Du 1er au 3 mars

dans le cadre du festival Les Antipodes

} 30 janvier 2007

Tanzquartier, Vienne, Autriche. Les 30 et 31 janv

} 05 avril 2006

Centre Pompidou, Paris. Du 5 au 7 avr

Première